Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : الدِّينُ كُلُّهُ لِلَّهِ
  • الدِّينُ كُلُّهُ لِلَّهِ
  • : Tunisie, Monde Arabe, Photographie, Art, Islam,Philosopie
  • Contact

Profil

  • الدِّينُ كُلُّهُ لِلَّهِ
  • Tant que mes jambes me permettent de fuir, tant que mes bras me permettent de combattre, nulle crainte : je puis agir. Mais lorsque mes mains et mes jambes se trouvent emprisonnées dans les fers des préjugés, alors je frissonne, je pleure...
  • Tant que mes jambes me permettent de fuir, tant que mes bras me permettent de combattre, nulle crainte : je puis agir. Mais lorsque mes mains et mes jambes se trouvent emprisonnées dans les fers des préjugés, alors je frissonne, je pleure...

Recherche

Catégories

17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 20:16

Pirates? Ravers? À première vue, les portraits sont surprenants et déroutants.

Caché derrière des lunettes de soleil et chapeaux, leurs visages enveloppés de couleurs vives foulards colorés et des t-shirts, ces frappante, figures énigmatiques pourraient aussi bien être des combattants rebelles comme des modèles à un défilé de mode edgy.Philippe Chancel - Workers

En fait, ils sont ouvriers migrants du bâtiment des Emirats Arabes Unis, la plupart des hommes de l’Inde et le Pakistan dont le travail à bon marché a alimenté la hausse des gratte-ciel du pays.

Les ouvriers – souvent soumises à des conditions de travail abusives, selon Human Rights Watch – sont décrits par le photographe Philippe Chancel comme «les nouveaux esclaves» du Golfe.

“Mais ils ne regardent pas comme des esclaves”, a déclaré le Français, dont les photographies étude sur les travailleurs migrants a été publié comme un livre, «Les travailleurs Emirats”, le mois dernier.

Ils ne ressemblent pas à des travailleurs tels que soit, dit-il, leurs couleurs vives contrastent fortement avec les représentations traditionnellement terne des ouvriers de l’Ouest.

«J’essaie de donner quelque chose de très beau, un séduisant petit. Je veux de ne pas dénoncer, mais de donner aux gens la possibilité de pénétrer à l’intérieur d’un problème très profond», a ajouté Chancel.

Chancel a commencé à visiter les Emirats en 2007, d’abord la formation sa caméra sur l’architecture audacieuse qui émerge du désert. Mais il est vite devenu fasciné par les travailleurs brillamment habillé en marge de son viseur, un groupe qui semblait passer inaperçu par la société environnante.

Son enfer est supportable

Le photographe Philippe Chancel

“La chose la plus choquante pour moi est la violence de l’indifférence”, at-il dit. Malgré leur apparence vives, il les compare à des fantômes. “Ils ont été omniprésents, mais en même temps invisible, comme si l’œil ne les voyait pas autant d’attention vaut», écrit-il.

Les hommes étaient anonymes, leurs visages étaient l’abri du soleil, tandis que leur travail à peine enregistré avec la majorité de la population, qui a passé la journée à l’abri des éléments à l’intérieur des bâtiments climatisés.

Chancel a commencé à visiter leurs sites de construction et des camps de dortoir à l’improviste, le tournage de “très rapide et très forte” pour saisir des représentations réalistes des hommes et leur environnement. À une occasion, il a été arrêté.

Ayant vu les conditions sordides dans leurs dortoirs, qu’il assimile à une prison, il est devenu plus intriguée de découvrir les hommes, qui gagnent des salaires d’environ 160 $ ​​par mois, semblent accepter leur sort.

Le climat de peur qu’ils vivent dans des moyens qu’ils ne peuvent pas grève ou de protestation

Priyanka Motaparthy, Moyen-Orient chercheur à Human Rights Watch

«Le travailleur est un esclave, mais il se sent chanceux d’avoir l’occasion d’essayer de rencontrer son destin», a déclaré Chancel. «Son enfer est supportable.”

Priyanka Motaparthy, Moyen-Orient chercheur à Human Rights Watch, a déclaré que certains travailleurs payés jusqu’à 4000 $ pour les recruteurs à la recherche de bons salaires et frais de subsistance à faible, en prenant sur les dettes importantes juste pour obtenir l’emploi.

«La plupart sont complètement piégés par une situation financière”, at-elle dit.

Ils sont laissés dans le pays en tant que travailleurs temporaires, généralement sur trois ans de permis. Lois sur l’immigration Tight accorder des pouvoirs extraordinaires de leurs employeurs sur leur vie, avec des patrons garder leurs passeports et leurs visas de parrainage, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas facilement changer d’emploi s’ils trouvent des conditions intolérables.

«Le climat de peur qu’ils vivent dans des moyens qu’ils ne peuvent pas grève ou de protestation», dit-elle.

Les économies des Emirats Arabes Unis, et l’autre pays du Golfe d’Arabie saoudite, Koweït, Bahreïn, Qatar et Oman, sont fortement tributaires des travailleurs étrangers, avec environ 15 millions d’étrangers travaillant dans les pays du CCG, selon l’Internationale du Travail Organisation.

“Beaucoup de travailleurs ne savent pas dans quoi ils s’embarquent dans”, a déclaré Motaparthy. «Ils ne reçoivent pas les contrats qui reflètent ce que le travail est fait, et les contrats ne sont pas dans leur propre langue.”

Alors il ya eu quelques améliorations pour les travailleurs de ces dernières années, avec les gouvernements introduction de régimes de protection des salaires et l’assurance maladie obligatoire d’être payées par les employeurs, l’exploitation était encore largement répandu, dit-elle.

Chancel, qui a également produit des travaux sur la Corée du Nord, expose actuellement à Londres, Paris, Montpellier et à Dubaï.

«J’aime l’idée des photos de revenir à l’origine”, at-il dit du spectacle Dubaï. Mais il y avait peu de chance de tomber sur ses sujets des portraits d’eux-mêmes dans une galerie de Dubaï. “Bien sûr que non”, at-il dit.

Matteo

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kiri Dai - dans Politiques
commenter cet article

commentaires