Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : الدِّينُ كُلُّهُ لِلَّهِ
  • الدِّينُ كُلُّهُ لِلَّهِ
  • : Tunisie, Monde Arabe, Photographie, Art, Islam,Philosopie
  • Contact

Profil

  • الدِّينُ كُلُّهُ لِلَّهِ
  • Tant que mes jambes me permettent de fuir, tant que mes bras me permettent de combattre, nulle crainte : je puis agir. Mais lorsque mes mains et mes jambes se trouvent emprisonnées dans les fers des préjugés, alors je frissonne, je pleure...
  • Tant que mes jambes me permettent de fuir, tant que mes bras me permettent de combattre, nulle crainte : je puis agir. Mais lorsque mes mains et mes jambes se trouvent emprisonnées dans les fers des préjugés, alors je frissonne, je pleure...

Recherche

Catégories

15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 07:39

Un mois après la chute du régime de Ben Ali, l'Italie a annoncé dimanche 13 février 2011, l'arrivée d'environ 5.000 migrants clandestins  sur l'île italienne de Lampedusa. 

5.000 immigrants tunisiens sur les côtes de Lampedusa

Qui sont ces jeunes tunisiens qui quittent leur pays par milliers ?

S'agit' il de refugiés économiques ? Ce n'est pas crédible. Ces jeunes savent bien qu'ils ne seront pas les  bienvenus aux portes de l'Europe. Les économies occidentales en crise ne peuvent offrir du travail à ces fuyards. Exemple en  France, le taux de chômage des jeunes Français (15-24 ans) flirte avec les 25 %.  

S'agit' il de refugiés politiques? C'est illogique. Comment est-il  possible que si ces jeunes sont parmi ceux qui ont contribué à chasser la dictature, ils embarquent en toute clandestinité et contre toutes les lois internationales, pour fuir leur pays? Comment se fait-il qu'une fraction des jeunes qui se sont révoltés pour la dignité fuient leur pays de façon indigne au moment le plus critique de l'histoire exceptionnelle de leur nation ?

S'agit' il de refugiés lâches? Probablement. Les petits bras de l'ancien régime n'ont jamais soutenu la révolte. Ils sont forcément contre la révolution.   

En dehors des structures officielles de répression, la dictature tunisienne a fait vivre des milliers de jeunes en contrepartie de petits services spécifiques aux régimes autoritaires. Ils étaient  les oreilles, les yeux et les petits bras du dictateur Ben Ali, des Trabelsi et du RCD. Des milliers  de jeunes faisaientpartie  des fameuses milices du Rassemblement Constitutionnel. Ils étaient les vigiles qui quadrillaient la population et s’infiltraient partout pour contrecarrer tout souffle de liberté.

Sous l'ordre de la direction du parti, ces jeunes pouvaient  être mobilisés rapidement dans les moments difficiles pour soutenir, sans retenue et avec zèle, le dictateur Ben Ali et son clan. Leurs activités allaient de la surveillance des citoyens à la délation, leurs actions sur le terrain étaient  des actes de violence et de vandalisme contre les opposants politiques du régime.

Depuis la fuite de leurs chefs et la suspension de toutes les activités du RCD décrété par le ministre de l’intérieur le 7 février, ce sont plus de  8500 cellules réparties aux  quatre coins du pays qui se retrouvent au chômage, plus de rentrées  d'argent....

Quel peut être leur avenir? leurs compétences se résument à la délation, à savoir manier le bâton et à crier des slogans!!!

Ils ne peuvent que fuir et rejoindre leurs acolytes qui exercent en Europe dans le banditisme, le trafic des drogues ou le proxénétisme. Qu'ils y restent! La Tunisie n'a pas besoin de ces racailles.

Les vrais enfants du pays, ce sont ceux qui se démènent de l'intérieur pour protéger leur révolte et la transformer en une vraie révolution démocratique, ceux qui nettoient le pays de la honte subie depuis 23 ans, ceux qui remettent sur pied l'économie de la Tunisie. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kiri Dai - dans Politiques
commenter cet article

commentaires